Pasolini

Un film de Abel Ferrara, 2014
-

Genre: Biopic, Drame

Langues: Anglais, Italien, Français

Sous-titres: xxx

Format: 1:85

Son: 5.1

Durée: 81 min

Pays: France, Belgique,

Année: 2014

 

Facebook

Disponible en VOD

SYNOPSIS

-

Rome, le 2 novembre 1975. Le grand poète et réalisateur italien, Pier Paolo Pasolini, est assassiné. Artiste aux prises avec le pouvoir, ses écrits sont scandaleux et ses films persécutés par les censeurs. Pasolini va passer ses dernières heures avec sa mère puis avec des amis proches, avant de partir au volant de son Alfa Romeo, à la quête d’une aventure dans la cité éternelle. Au lever du jour, Pasolini est retrouvé mort sur une plage d’Ostie, aux abords de la ville.

CREDITS

-

Réalisateur: Abel Ferrara

Scénariste(s): Maurizio Braucci, d’après une idée de Abel Ferrara et Nicola Tranquillino
Image: Stefano Falivene
Son: Julien Momenceau, Sylvia Moraes et Thomas Gauder
Décors: Igor Gabriel
Costumes: Rossano Marchi

Montage: Fabio Nunziata

 

Interprètes:

 

Willem Dafoe
Ninetto Davoli
Riccardio Scarmacio
Valerio Mastandrea
Adriana Asti
Maria de Medeiros

 

Produit par Thierry Lounas (Capricci Production – FR), Conchita Airoldi, Joseph Rouschop (Tarantula – BE)

 

Ventes internationales: Funny Balloons

GALERIE

-
- ©Tarantula
- ©Tarantula
- ©Tarantula
- ©Tarantula
- ©Tarantula
- ©Tarantula

FESTIVALS

-
Mostra de Venise 2014 - Compétition officielle

Festival International du Film de Toronto

NYFF

Festival International du Film de San Sebastian

VIDEO

-

REVUE DE PRESSE

-

« Avec une précision, un sens du cadre, une connaissance de l’Italie qui transparaît à chaque plan, Ferrara décrit un homme qui se sent vieillir. »

Jean-Baptiste Morain / Les Inrockuptibles

 

« Magnifique mise en abîme sur l’art de créer, « Pasolini » s’érige comme une fascinante fantaisie poétique et métaphysique, loin des contingences terrestres du biopic, auquel il échappe miraculeusement, restaurant le prestige écorné de Ferrara. »

Frédéric Mignard / aVoir-aLire

 

« (…) (Abel Ferrara) réalisateur au début de sa carrière de deux sulfureux succès jamais renouvelés, filmeur fiévreux et damné, (…) a enfin trouvé avec ce film l’énergie et la manière de marquer son admiration pour son glorieux aîné. »

Jacques Mandelbaum / Le Monde

 

« Allez-voir ce portrait sensible d’un homme que rien n’apaise. Ni la poésie, ni les films, ni les romans. Et qui se laisse mener par le goût de la provocation et de la révolte. »

Isabelle Giordano / Femme Actuelle